Appel à communication – Masculinités socialistes, les hommes en Europe de l’Est

Depuis plusieurs décennies, des chercheurs et chercheuses se sont intéressé.e.s aux tentatives socialistes de transformer les rapports de sexe traditionnels et de révolutionner la famille. Or, ces études se concentrent presque exclusivement sur les femmes et la « libération » des femmes par le biais de leur intégration dans le travail « productif » et la socialisation des tâches domestiques en construisant crèches, cantines et buanderies. Les recherches sur la femme « nouvelle » – mieux formée, financièrement indépendante et jouissant d’une plus grande liberté légale – n’ont pas été accompagnées d’une analyse des répercutions qu’avait cette construction de la femme « nouvelle » sur la masculinité et de la paternité. Les études antérieures ont mis en lumière les insuffisances de la « libération » des femmes en contrastant l’idéal de l’émancipation aux expériences quotidiennes sous le socialisme.

En adhérant plus à une histoire des femmes qu’à une histoire du genre, ces études ont négligé les enjeux de la masculinité et ont, souvent, reproduit une vision anhistorique de la domination masculine. Les Men’s Studies représentent l’une des approches qui œuvrent à renouveler les études de genre en prenant en compte les masculinités. Elles remettent en question une lecture essentialiste du patriarcat, au profit d’une compréhension performative et dynamique du pouvoir et des hégémonies genrées. Partageant ce point de vue, des chercheurs et chercheuses venant de différentes disciplines ont commencé à historiciser le « patriarcat » en s’interrogeant sur les interactions, les dynamiques et les négociations qui sont au cœur du quotidien familial. Analyser les masculinités devrait donc nous permettre d’écrire une histoire du genre véritablement relationnelle, interactive et dynamique. Cependant, peu d’auteur.e.s se sont penché.e.s sur les questions de la masculinité et de la paternité socialistes en Europe de l’Est. La plupart de leurs contributions portent sur les représentations artistiques de la masculinité ou bien sur les transformations de celle-ci après l’effondrement du socialisme. Elles examinent les incidences des ruptures politiques sur les masculinités et discutent des « crises » de la masculinité, que ce soit dans les années 1920, après la Seconde Guerre mondiale ou à la fin des années 1980. Plusieurs études analysent l’homosexualité masculine pendant le socialisme.  Géographiquement, la plupart des recherches concernent l’histoire de l’Union soviétique et de la Russie. C’est pourquoi cette journée d’étude vise à réunir des chercheurs et chercheuses travaillant sur les masculinités socialistes en Europe centrale et orientale afin de revisiter l’état de l’art et de discuter de nouvelles façons d’écrire une histoire des masculinités sous le socialisme.

Nous souhaitons entrer dans un débat transdisciplinaire avec sociologues, anthropologues, démographes, spécialistes d’histoire sociale, culturelle et d’histoire de l’art, politistes et chercheuses et chercheurs des disciplines voisines.

Les questions centrales que vise à aborder la journée d’étude sont les suivantes : Quel rôle les hommes et pères sont-ils censés jouer dans la construction de la « nouvelle » famille socialiste ? Quelles transformations connaissent les constructions des masculinités dans les mouvements et pays socialistes ? La journée d’étude s’intéresse, d’un côté, aux idéologies, aux utopies et aux réflexions théoriques sur les masculinités dans une future société communiste. D’un autre côté, elle vise à questionner la vie quotidienne des hommes et des pères socialistes (ainsi que la vie quotidienne des hommes et des pères vivant sous le socialisme).

La journée d’étude a deux objectifs majeurs. Premièrement, faire un état de lieu des recherches antérieures et actuelles sur les masculinités et les paternités dans les pays socialistes centre- et esteuropéens. Deuxièmement, permettre de discuter de la richesse, des possibilités, mais également des contraintes et des problèmes dans l’étude des masculinités et paternités sous le socialisme. Quelle est la valeur ajoutée de l’analyse des masculinités pour notre compréhension des rapports de sexe sous le socialisme ? Les contributions empiriques comporteront donc une dimension théorique en exposant les difficultés (pragmatiques, méthodologiques et théoriques) ainsi que les effets de synergie que montre l’application des Men’s Studies et l’histoire des masculinités aux mouvements et pays socialistes.

Les différentes interventions aborderont les questions suivantes :

  • • les réflexions socialistes par rapport aux masculinités et paternités (les utopies, la théorie) ;
  • • les représentations des masculinités et paternités dans les médias, les arts, le cinéma, la télévision, etc. ;
  • • les masculinités et paternités au quotidien (dans la famille, dans la sexualité, au travail, dans le sport, dans l’armée, etc.).

La journée d’étude se concentrera sur les pays socialistes en Europe centrale et de l’Est. Cependant, des contributions plus transversales ou comparatives entrant dans la thématique générale mais portant sur d’autres pays ou régions sont également bienvenues.

Nous invitons les personnes intéressées à envoyer, avant le 31 janvier 2017, une proposition de communication d’un maximum de 400 mots, accompagnée d’un bref CV académique, à Peter Hallama : peter.hallama@ehess.fr.

Elles donneront lieu à des interventions de 20 minutes. Les propositions peuvent être envoyées en anglais ou français. Les interventions se feront également dans les deux langues. Nous encourageons particulièrement les doctorant.e.s avancé.e.s et jeunes chercheurs et chercheuses venant de différentes disciplines (histoire, études de genre, sociologie, anthropologie, démographie etc.) à candidater.

Les frais de transport ainsi que l’hébergement des intervenant.e.s seront pris en charge.

Comité scientifique : Alain Blum (Directeur de recherche, INED / directeur d’étude, CERCEC, EHESS) Mona Claro (Doctorante, CEMS & IRIS, EHESS / INED) Juliette Rennes (Maîtresse de conférences, CEMS, EHESS) Régis Schlagdenhauffen (Maître de conférences, EHESS / Labex EHNE)


Masculinités socialistes. Les hommes en Europe de l’Est – ruptures, transformations et continuités au XXe siècle. Journée d’étude internationale, Paris, 15-16 septembre 2017, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *