Une écriture du désir bisexuel est-elle possible ?

Cet article propose une analyse sociolinguistique du désir bisexuel. Il examine ses usages langagiers et les modalités de son expression au sein d’un journal intime rédigé par un homme qui se définit lui-même comme bisexuel : Eugène Wilhelm (1885-1951). L’analyse se fonde en premier lieu sur une étude lexicométrique et harissienne du lemme « désir ». Puis, au moyen d’une étude diachronique, elle se prolonge sur les formes de construction d’une trajectoire bisexuelle. Tout en admettant que les usages langagiers du désir sont toujours socialement et historiquement situés, l’analyse permet de montrer que les expressions langagières du désir s’inscrivent au sein d’une double dynamique : celle d’une écriture qui pallie un manque et celle de la production d’un savoir dont l’objectif participe de la définition, de la hiérarchisation et de la satisfaction des désirs ainsi exprimés. Au final, cet article montre qu’un examen des usages langagiers du désir au sein de ce journal intime participe d’une quête d’unité du diariste dont l’aboutissement est le dépassement des règles morales et des normes sociales en vigueur au sein de la société bourgeoise du XXesiècle. Lire la suite >> https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2014-2-page-53.htm

Article paru dans : Langage et société, n°148, 2014.

Site de la revue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *