Le traitement de l’homosexualité par la Bundeswehr

En 2017, Ursula von der Leyen, alors ministre fédérale de la Défense, demanda que soit réalisée une étude systématique sur la manière dont les forces armées allemandes avaient traité la question de l’homosexualité dans le passé. Une première version de cette étude, supervisée par le lieutenant-colonel Klaus Storkmann, vient d’être publiée. 

Il ressort que l’histoire du traitement de l’homosexualité au sein de la Bundeswehr, depuis sa fondation en novembre 1955 jusqu’à la fin du siècle dernier, est une sombre histoire. Il s’agit aussi d’une histoire genrée dans la mesure où l’accès des femmes aux forces armées était limité au corps médical jusqu’au début du 21e siècle.  

Au cours des deux premières décennies de la Bundeswehr, les hommes homosexuels reconnaissables ou reconnus comme tels ont été systématiquement congédiés. Ce n’est qu’à la fin des années 1970, lorsque la demande d’hommes effectuant le service militaire a augmenté en raison du faible taux de natalité de la classe d’âge entrant dans l’âge du service militaire, et que le nombre d’hommes effectuant un service alternatif a augmenté dans le même temps, que l’homosexualité n’a plus été un motif d’inéligibilité – à la grande surprise des homosexuels réels ou supposés. Ainsi, dans les années 1980 et 1990, les conditions suivantes s’appliquaient aux hommes homosexuels : conscription oui, carrière non.

Jusqu’en 2000, l’homosexualité a continué à être considérée comme un grave stigmate dans la Bundeswehr, ce qui a généralement entraîné de graves désavantages dans le service. Un officier ou un sous-officier connu pour être homosexuel n’avait aucune chance d’être nommé militaire de carrière, même avec les meilleures évaluations. La Bundeswehr a généralement bloqué tout engagement ultérieur aux homosexuels connus. Même les conscrits qui voulaient volontairement servir plus longtemps dans les rangs de l’armée se voyaient refuser cette possibilité.

Mais en règle générale, les soldats de tous grades reconnus comme homosexuels n’ont pas été démobilisés prématurément depuis les années 1970, contrairement à ce qui s’est passé dans les forces armées britanniques ou américaines, par exemple. Les soldats de la Bundeswehr ont pu achever leur période de service actuelle, tandis que ceux qui avaient déjà le statut de soldats de métier ont généralement pu rester en service jusqu’à l’âge de la retraite.

Toutefois, cette protection du statut antérieur ne s’appliquait pas aux futurs officiers et sous-officiers. Si un candidat officier ou sous-officier reconnaissait son homosexualité, il était licencié dans le cadre d’une procédure simplifiée pour inaptitude présumée.

Il ressort de cette étude que la Bundeswehr a agi – au moins dans les premières décennies – conformément aux valeurs et aux normes culturelles traditionnelles de la société largement majoritaire. La tolérance envers les homosexuels n’était généralement pas très prononcée jusqu’alors. Les personnes concernées ont subi des désavantages professionnels dans presque toutes les professions. Jusqu’aux années 1980, l’homosexualité était généralement considérée comme un risque pour la sécurité dans les directives internes relatives aux contrôles de sécurité, au même titre que d’autres comportements sexuels considérés comme “anormaux”. Cette réglementation n’était cependant pas spécifique à la Bundeswehr, mais émanait du ministère fédéral de l’Intérieur et s’appliquait de la même manière à tous les départements du gouvernement fédéral. Un projet de nouvelles lignes directrices de 1983 prévoyait que l’homosexualité désormais ouvertement reconnue ne constituait plus un potentiel de chantage et donc un risque pour la sécurité. Les nouvelles lignes directrices en matière de contrôle de sécurité sont entrées en vigueur en 1988.

Klaus StorkmannTabu und Toleranz. Der Umgang der Bundeswehr mit Homosexualität von 1955 bis zur Jahrtausendwende, Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, 2020, 365 p. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *