Parcours

Après mon baccalauréat, j’ai suivi une formation de sociologie, d’ethnologie européenne et d’histoire à l’Université de Strasbourg et à l’Université Humboldt de Berlin. Avant d’être élu à l’EHESS (en 2015), j’ai enseigné la sociologie à l’Université de Lorraine, de Strasbourg, de Paris Dauphine et à Sciences Po. J’ai aussi réalisé plusieurs post-docs et séjours d’études à la Sorbonne (Paris 1), au Conservatoire des arts et métiers (Cnam), au Centre français de recherches à Jérusalem (CRFJ), au Centre Marc Bloch (CMB), à l’Université libre de Berlin, à l’Université du Cap (UCT, Afrique du Sud).

Depuis 2004, je travaille sur les lieux de mémoire en souvenir des victimes du nazisme et de l’Holocauste. Ma thèse de doctorat, soutenue en 2009 sous la direction d’Anne-Sophie Lamine (Univ. De Strasbourg) et de Wofgang Kaschuba (Humboldt Univ. Zu Berlin), proposait une analyse socio-historique des formes de la commémoration des victimes homosexuelles du nazisme en Europe de l’Ouest. Suite à cela, j’ai prolongé mes recherches sur l’intrication entre mémoire individuelle et collective à travers l’étude de documents personnels (dont le journal intime du juriste et sexologue Eugène Wilhelm alias Numa Praetorius).

Archives camp de concentrationLes recherches que je mène actuellement portent sur la manière dont des institutions, des groupes sociaux et individus catégorisent des pratiques, des actes et des identités sexuelles. Afin de mieux comprendre le phénomène de judiciarisation du monde social, je cherche à saisir comment des collectifs d’acteurs se sont emparés de catégories sexuelles dont font usage la justice et la médecine, comment ils les ont transformées voire rejetées. L’attention grandissante à la notion d’égalité et les discussions qui s’ensuivent, relatives à la répression, l’acceptation, la reconnaissance d’identités sexuelles ancrent par conséquent mes recherches au cœur d’une sociologie politique historicisée attentive au rôle joué par des acteurs institutionnels et internationaux.

Quelles sont les missions d’un enseignant chercheur à l’EHESS ?

Selon le décret statutaire des directeurs d’études et des maîtres de conférences de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, nous sommes chargés :

1° d’une mission de recherche, fondamentale et appliquée, dans le domaine des sciences sociales qui inclut également les rapports que les sciences sociales entretiennent avec les mathématiques et les sciences de la nature et de la vie ;

2° d’une mission d’enseignement et de formation à la recherche en sciences sociales, notamment par la préparation à des diplômes propres et à des diplômes nationaux de troisième cycle ; ils participent à des jurys d’examen et de concours en vue de délivrer les titres et grades universitaires pour lesquels l’école est habilitée ;

3° d’une mission d’accueil d’enseignants et de chercheurs français et étrangers en sciences sociales et de diffusion de la culture et de l’information scientifique et technique ;

4° d’une mission de collaboration permanente avec la communauté scientifique internationale et en particulier européenne, notamment pour le recueil ou la transmission de données, l’organisation de recherches coordonnées et le progrès des connaissances dans les sciences sociales.


Télécharger mon CV

Les commentaires sont fermés